· 

Allaitement et neurosciences affectives

Empathie et bienveillance développent le cerveau des enfants, explique la pédiatre Catherine Gueguen. Les neurosciences affectives permettent de mieux comprendre le fonctionnement du cerveau des enfants et d’adapter notre attitude.
  • Toute expérience émotionnelle transforme en profondeur le cerveau affectif comme intellectuel.

  • Le cerveau des jeunes enfants est immature et leur cortex préfrontal ne peut pas gérer les émotions. Ainsi, lorsque des parents ne répondent pas aux cris et aux larmes d’un enfant, des molécules de stress se sécrètent : le cortisol.

  • En trop forte concentration, ce cortisol est destructeur pour les neurones.
Inversement, les câlins, la douceur, les contacts peau à peau et des paroles calmes et apaisées font maturer le cerveau et notamment le cortex préfrontal et l’hippocampe. Ce dernier est fortement impliqué dans l’apprentissage et la mémorisation.
En France, on met l’accent sur les neurosciences cognitives, l’apprentissage intellectuel.
Mais les neurosciences affectives explorent le vaste domaine de nos compétences émotionnelles et  touchent à notre être profond qui articule toute notre personne. La dimension affective est fondamentale pour nous construire. L’allaitement permet de développer ces compétences affectives chez le bébé (et la maman) par une écoute bienveillante et des échanges attentifs - regards, toucher, attitude corporelle.. .
De plus, l’ocytocine qui réduit le stress et développe l’empathie est bénéfique à tous les deux, maman et bébé.
Pour en savoir plus :

Écrire commentaire

Commentaires: 0